Gazette OGARUN #4 - Juin 2020

Nous sommes début juin, je suis en famille pour profiter d'un week-end prolongé à Rouen. Nous sommes en forêt et je cours dans un de mes terrains de jeu favori. Le soleil tape, je suis en nage, ma femme mène l'allure, je la suis à quelques longueurs en jetant régulièrement un coup d’œil sur ce qui nous entoure. Pure bonheur.

Je prends alors conscience du décalage entre ce bien-être et cet état de stress qui m'anime depuis plusieurs mois. OK, ce stress est positif car il fait avancer mon projet à vitesse grand V. Mais est-ce de ça dont j'ai vraiment envie ? J'ai quitté Décathlon pour vivre MON aventure et à MON rythme. Attention à ne pas retomber dans les excès du passé.

En y réfléchissant, j'ai dans un coin de la tête une date, le 28 avril 2021. Cette date marque la fin de mes allocations.

Nous sommes à mi mandat - Pôle Emploi me paie depuis mai 2019 - et je me pose souvent cette question "Est-ce que ça va passer" ? Fatalement, cette dead-line rajoute une pression, silencieuse et quasi-permanente. Pression qui s’efface un peu à chaque commande, à chaque reporting où je constate que mes indicateurs sont au vert.

Le Chiffre d'affaire : Celui de mai atteint des sommets pour OGARUN : 7800€. Auxquels il faut rajouter presque 8000€ de commande. Deux boutiques, une à Metz, l'autre à Paris me font confiance. Chullanka me confirme aussi sa commande passée en février pour ses cinq points de vente, et livrable en septembre, ouf.

logo chullanka

 

Coté trésorerie, Jean-François, mon expert comptable me signale qu'il est temps de toucher une première partie de la TVA que l'Etat me doit.

Je me souviens encore de ses mots il y a quelques mois : "Quand l'état te reverse de la TVA, ça n'est pas bon signe. Cela veut dire que tu as plus acheté que vendu". Oui mais en début d'activité, c'est plutôt logique. Je n'ai vendu que 40% des 100K€ du stock investis en novembre. Je récupère mécaniquement 12K€ qui vont servir à investir dans de nouvelles productions. Mes finances sont saines, le pilotage précis de mon activité à six mois me rassure.

Des retours clients qui font grandir OGARUN

Et vous, mes clients, dans tout ça ? Je constate que vous êtes 30% à re-commander des tenues. C'est surement cet indicateur là qui me touche plus que tous les autres. Mes nouveaux clients viennent compléter la base des "convaincus". Fidéliser les uns, recruter les autres. J'essaie avec mes moyens de vous faire plaisir. Oh ! pas grand chose, de simples petites attentions. "Vous hésitez sur la taille, je vous en envoie deux et vous choisirez sur place. Vous me renverrez celle qui ne vous convient pas. Je vous fais confiance".

Si les cartes postales du lancement sont épuisées, je continue quand même à écrire un petit mot manuscrit personnalisé dans le colis. Peut-être qu'Amazon fait aussi ça d'ailleurs ...

Vos retours sont essentiels. La semaine dernière, Régis, un client navigateur m'envoie un mail pour avoir des précisions sur mes vêtements. Il prend le départ en avril 2021 d'une Transat en solitaire. Il m'explique que la laine est le composant idéal pour sa traversée transatlantique de trois semaines, alternant périodes de forte intensité et moments de calme, trempé jusqu'aux os et en plein vent. Il passe commande pour s'équiper largement. Ses retours m’intéressent, en particulier sur l'abrasion des vêtements en milieu salin. Je lui confie un t-shirt manches longues en échange de ses feed-backs. Son entrainement commence dans quelques semaines.

Une belle opportunité pour OGARUN d'élargir la polyvalence de ses tenues.

La communication pour une jeune marque de vêtements

L'énergie récente mise dans le SEO (référencement naturels sur Google) du site commence à payer. Les 100 visites quotidiennes de mon petit magasin virtuel sont souvent dépassées. J'observe que plus de la moitié des personnes qui poussent la porte de ma boutique le font sans connaitre le nom OGARUN. Ce sont les mots-clés que nous avons ciblés avec Pierre-Antoine, mon expert SEO qui font le job. Rencontré ici sur Linkedin, il fait un boulot formidable depuis six semaines. Un réel plaisir de collaborer avec lui. Compétent, sympa, disponible et comme moi, fan de Mike Horn ;)

Le boulot est énorme. Comment passer de la 21ème position sur Google (en moyenne des mots-clés) à la 3 ou 4eme. Un travail de longue haleine.

De nouveaux produits chez OGARUN

Nouveautés : Le confinement rallonge de deux bons mois le développement du nouveau t-shirt OGA'LIGHT, pourtant conçu pour les températures estivales. Raté. Les pré-ventes sont un succès. Malgré une livraison tardive qui n'est pas encore arrêtée, vous êtes plus d'une centaine à passer commande. La pré-vente des sous-vêtements démarre à son tour. Je ne quitte plus le mien depuis deux mois. Confort, coupe, entretien, tout y est. Le savoir-faire de Lemahieu est incroyable. Ma femme Anne-Sophie est aussi séduite par la culotte-shorty.

culottte shorty de sport pour femme

 

Nous organisons un jeu concours sur les réseaux sociaux. Plus de 1000 personnes répondent pour participer au tirage au sort qui dotera deux d'entre elles d'une tenue short + t-shirt. C'est un moyen efficace pour augmenter rapidement le nombre de ses followers, sur le papier en tout cas. Car en réalité, ils ne sont qu'une centaine à s'être abonnés au compte ogarun_sport_outdoor. Instagram est définitivement un outil pas simple à apprivoiser.

Images : Raoul est un photographe spécialiste de sports outdoor, qui officie dans les Hautes Alpes, entre Embrun et Gap. Il suit le projet OGARUN "en sous-marin" depuis le début et m'a sollicité l'année dernière pour me proposer ses services. Déjà engagé avec Mouss Prod pour les images de la campagne Ulule, je n'ai pas donné suite. Récemment, je retombe par hasard sur son book photos. Cet homme a du talent. Et de mon coté, je vais avoir besoin de renouveler les visuels que j'exploite (à outrance) depuis un an. Je le recontacte.

Raoul m'annonce qu'il vient de récupérer un gros chantier : l'ensemble des visuels de communication du GR69 (chemin de grande randonnée), géré par la fédération française de randonnée pédestre. Cet itinéraire reprend la route des transhumances des bergers de sa région qui emmenaient l'été venu leurs troupeaux dans les alpages. Le GR69 part de la ville d'Arles pour terminer sa route à Borgo San Dalmazzo dans le massif du Mercantour, coté italien. Un terrain de jeu grandiose.

Il me propose d'habiller en OGARUN tous ses mannequins trail-runners, vététistes, randonneurs, skieurs ... Une belle opportunité d'être présents dans de nombreux Offices de Tourismes de la région et sur plusieurs supports de communication, physiques ou on-line. En plus des nombreuses photos qui alimenteront mon site et les réseaux sociaux. Un joli cadeau, merci Raoul !

Au moment ou je termine cette newsletter, le téléphone sonne ... C'est Raoul justement. Partis samedi dans les alpages pour photographier un berger et son troupeau, son pied s'est pris dans un trou sous la neige. Chute ... Crac, cheville cassée. Héliporté par le PGHM, il passe sur le billard dans la foulée. Résultat : six vis dans la cheville et huit semaines d'arrêt.

T'inquiète pas Raoul, Instagram peut attendre !

Soyez le premier à commenter

Tous les messages sont validés avant d'être publiés