Teinture, fermiers sud-af' et bonne idée finlandaise


Fabriquer des vêtements qui respectent mieux notre planète, c'est la mission quotidienne d'OGARUN.


T-shirts pour la course à pieds, collants pour le ski, base-layer pour l'escalade, hoodie pour chiller après le sport, bonnets pour escapade en VTT ... tous nos vêtements sont conçus avec pour priorité #1 concevoir un produit parfait SANS abîmer Dame Nature.
Concrètement, ça impose une présence sur plusieurs fronts. Et pour une jeune entreprise comme OGARUN, c'est assez simple finalement : appliquer au quotidien les principes fondateurs de la marque : respect des hommes et de notre environnement, transparence, fabrication locale.


Prenons l'exemple de la teinture : Mes cahiers des charges imposent qu'elle doit être effectuée par une PME françaises certifiées iso 14001 (norme environnementale) et Oeko-tex 100 (recherche de substances nocives pour l'environnement et la santé humaine). OK ! Mais sur le terrain, ça donne quoi ? 

En septembre, je suis allé du coté de Roanne (42) pour visiter l'usine TAD-DANJOU, chargée de l'ennoblissement et de la teinture de ma première collection.

Echanges avec l'équipe, visite poussée de l'usine, découverte des process, jeu de questions-réponses. L'objet de ma visite était simple : comprendre ce que cette PME fait au quotidien pour limiter son empreinte sur l'environnement. Je repartais avec des réponses : recyclage des eaux non polluées dans les espaces verts de la commune, récupération des calories des eaux usées et des fumées, neutralisation des effluents de CO2 etc ... J'ignore si c'est suffisant mais je sais que j'avance dans la bonne direction. 

Je sais aussi qu'un projet de teinture végétale à base de culture de champignons est en développement du coté de Toulouse. Je reste à l’affut.

J'avais évoqué un temps l'idée de vendre mes vêtements sans teinture. Prise de risque importante pour une marque encore jeune, je garde cette idée dans un coin de ma tête. 

Sans matière première, pas de conception. Chez OGARUN, 90% de la collection est en laine mérinos. Produite en Afrique du Sud, c'est essentiel pour moi de comprendre comment ça se passe là-bas. Même si cette laine est labelisée RWS (label financé par les industriels du secteur, je ne sais pas ce que ça vaut) , j'ai besoin de me rendre sur le terrain pour savoir. Les animaux sont-ils bien traités ? Les ouvriers sont-ils rémunérés équitablement ?
Pour en être convaincu, j'ai décidé d'aller du coté de Port-Elisabeth en 2020 afin de visiter les cinq fermes qui fourniront la laine à OGARUN.

Par contre, le vol allez-retour est coûteux en CO2.... Je n'ai pris qu'un vol moyen courrier en 2019. Ce sera le seul en 2020.

Là aussi, je reste à l’affut de nouvelles opportunités. Une PME lilloise, Segard Masurel, implantée dans l'industrie lainière depuis 3 générations m'accompagne pour mettre en place des solutions alternatives et locales. Hâte de découvrir cette partie immergée de l'iceberg. 

 

Enfin, rien dans mes cahiers des charges n'évoquait la dernière étape de mon activité, la livraison de mes vêtements à mes clients
La découverte de la solution REPACK (made in Finland) m'a convaincu qu'on pouvait là aussi suivre un autre chemin. Si elle n'est pas parfaite (retour de l'emballage réutilisable en Estonie), cette solution traite le sujet de la suppression des emballages à usage unique. Personnellement, je suis fan. Les clients questionnés sont conquis. 

Aussi, il semblerait qu'une solution similaire voit bientôt le jour en France. Je suis tout ça de prés. 

Cette newsletter ne serait pas complète sans deux chiffres qui montrent aussi que le projet OGARUN avance dans le bon sens : 

- 300 sportifs en France (plus une poignée de belges, allemands, suisses et canadiens) portent aujourd'hui un vêtement OGARUN quand ils courent, skient, marchent, grimpent. 300 porte-drapeaux engagés dans la préservation de nos terrains de jeu. 

- 20K€ des 23K€ du chiffre d'affaire réalisé depuis 2,5 mois participent à l'économie locale et à l'activité de 6 PME françaises. 

Je suis aussi fier de ce résultat, et si vous lisez cette lettre, vous aussi, soyez fiers !

Je vous souhaite une année 2020 sportive et joyeuse. 

Si vous  voulez apportez des conseils, remarques, idées, encouragements au projet, vous pouvez m'écrire à : jcgiorgi@ogarun.com

Merci !

j-charles

Soyez le premier à commenter

Tous les messages sont validés avant d'être publiés